Et si on parlait du sujet de l’asile vers l’Europe !

En ce moment, les personnes qui souhaitent rejoindre l’Europe pour faire une demande d’asile ont le plus souvent vécu trois types d’évènements traumatisants :
la violence subie dans le pays d’origine, celle subie durant le parcours migratoire et celle vécue à l’arrivée dans le pays d’accueil.

Le premier évènement à répétitions dans leurs pays est souvent les sévices, la brutalité, la menace, le viol, la torture morale, la prison, l’état de guerre permanente ou l’absence de protection de l’état.

Le second évènement le plus souvent s’accompagne de l’aspect d’insécurité, la solitude et de l’éloignement familial. Ils partent vers l’inconnu dans le froid et supportent la faim. Des voyages douloureux qui se passent dans des malles, des camions frigorifiques, des containers mais aussi par la traversée en mer sur des bateaux trop chargés. De ces voyages, il y aura beaucoup de deuils.

Un phénomène qui grandit aussi -le kidnapping- par des groupes mafieux travaillant avec les passeurs pour la traite d’êtres humains afin de demander des rançons aux familles. Celles-ci s’endettent car elles sont incapables de payer.

Dès lors, ces groupes mafieux les attachent, les torturent mais aussi les violent. Souvent, ces migrants sont vendus pour devenir des esclaves dans des pays comme le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, l’Egypte et bien d’autres qui font le barrage à ces migrants tout au long de l’afrique du nord pour cultiver l’esclavage de leurs ancêtres.

Que ce soient des enfants, des femmes ou des hommes, ils ne font aucune différence.
La traite de l’être humain et principalement des africains noirs est devenue un business gratifiant pour eux et les dirigeants de tous pays confondues en afrique et en Europe connaissent ces situations mise en alerte depuis très longtemps.

Pour ceux ou celles qui arrivent à terminer leur trajet migratoire. Ils sont épuisés et traumatisés mais rien n’est acquis pour eux.

Le troisième évènement lié à l’accueil dans le pays est parfois aussi brutal. Ils seront confrontés aux procédures internes du pays d’accueil. Selon les situations, ils peuvent être en liste d’attente, emprisonner ou renvoyer dans leur pays d’origines.
Par ailleurs, Ils auront à faire face aux violences morales comme le racisme ou le rejet.

On est pourtant bien dans le contexte de l’accueil de personnes en demande de protection et de reconnaissance. De personnes inquiètes, choquées ou perdues ayant besoin d’un suivi médicales et psychologiques.

Bien sûr, il existe sur place des organisations pour les accompagner et qui se démènent pour les aider mais quel travail difficile de devoir reconstruire psychologiquement des personnes que l’être humain lui-même a détruit par pur inhumanité.

Il faut provoquer un sursaut de conscience face à ces situations devenues normales car l’âme du monde est malade. On entend la voix de la puissance et de l’indifférence au-dessus de la voix de peuples qui souffrent. 

Concentrez-vous bien sur cette carte car l’esclavage est étendue fortement depuis la zone l’afrique du nord ouest de la Mauritanie sur l’étendue de tous ces pays d’afrique du nord  jusqu’à ceux de l’arabie saoudite et bien au delà encore. Tous ces crimes contre l’humanité sous nos yeux et ils touchent déjà certains pays de l’europe du sud sur un esclavage dit – moderne- 

 Ces pays violent les droits fondamentaux de l’homme.

 

JugaadsOfficiel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *